BLANC Félix

Clerc de notaire. Militant lyonnais du communiste néo-babouviste, Félix Blanc rejoignit, en 1838, le groupe lyonnais de la Société des Fleurs, fondé par Joseph Benoît, au moment où ce groupe s’intégrait, sous le nom de Société des Égaux, à ce qui correspondait à la Société des Familles de Barbès, Blanqui et Martin Bernard, disparue au procès des poudres en 1836, et remplacée par la Société des Saisons depuis 1837. Il fit partie du comité directeur de cette organisation. En 1848, après la révolution, une manifestation organisée par la société imposa son entrée au Comité révolutionnaire de l’Hôtel de Ville de Lyon, où il s’occupa surtout du problème des subsistances. Voir Blanc Antoine et Maurin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26714, notice BLANC Félix, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 octobre 2021.

SOURCES : Joseph Benoît, Confessions d’un prolétaire, publiées par M. Moissonnier et J. Nicot, Paris Éditions Sociales, 1968, d’après Arch. Mun. Lyon, Manuscrit M 302. — J. Godart, Journal d’un bourgeois de Lyon en 1848, Paris, 1924. V. Chazelas, « L’œuvre du comité exécutif révolutionnaire de Lyon » (La Révolution de 1848, juillet-août 1922). (Il s’agit de notes laissées par Félix Blanc.)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément