BLANCHARD Auguste [Deux-Sèvres]

Ouvrier menuisier à Saint-Maixent (Deux-Sèvres). Le 16 mars 1848, à l’issue d’une réunion des ouvriers menuisiers de la ville, Auguste Blanchard signa avec vingt autres compagnons une pétition en vue de l’augmentation des salaires ; cette pétition demandait :
« pour le maître menuisier, 12 heures de travail par jour, à raison de 15 centimes par heure ;
« que la journée chez le propriétaire soit composée de 11 heures de travail, à commencer de 6 à 7 du matin, à raison de 1 franc 80 centimes ;
« pour la journée d’hiver chez le propriétaire, travail du jour au jour à raison de 1 franc 50 centimes. »
Les signataires soulignaient « l’accord parfait » qui régnait entre eux ; ils ajoutaient qu’ils ne travailleraient pas s’ils n’étaient pas augmentés.
Outre celle de Blanchard, qui figurait en premier lieu, cette pétition portait les signatures de vingt ouvriers menuisiers, à savoir, dans l’ordre : Morisson*, Branchu*, Granier Pierre*, Pain*, Chantecaille*, Ferland Alexandre*, Fournier Zacharie*, Parenteau*, etc. (les autres signatures sont illisibles) et de seize maîtres menuisiers : Moinard Désiré*, Morisset*, Bordage*, Martineau*, Genet*, Launoy*, Boutet*, Geoffroy*, Brunet*, Mussat*, etc.
Le 28 mars 1848 le président de la Commission administrative provisoire de Saint-Maixent écrivit au commissaire de la République à Niort que, le 15 mars, les ouvriers menuisiers avaient eu l’intention de se mettre en grève. Toute la journée, précisait-il, il y a eu des allées et venues « qui annonçaient de leur part quelque projet ». Une députation composée d’une vingtaine d’entre eux était venue à la mairie demander au président de la Commission administrative provisoire de la ville d’approuver une augmentation de salaires que les maîtres consentaient à leur donner. Et le président de la Commission administrative provisoire concluait, en transmettant la pétition au commissaire du Gouvernement à Niort, qu’il avait déconseillé ce procédé (la grève) aux ouvriers puisqu’ils se plaignaient « de ne point avoir de travaux ».
Pour la pétition des tailleurs d’habits de Niort, du 6 mars 1848, voir Martin A.*
Pour la pétition des tailleurs d’habits et des maçons de Niort, voir Pié Antoine*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26741, notice BLANCHARD Auguste [Deux-Sèvres], version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 mai 2018.

SOURCE : Arch. Dép. Deux-Sèvres, II M 19/13.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément