BLUM Isaac, Auguste

Né à Dijon le 8 novembre 1812, mort le 5 janvier 1877. Il appartenait à une famille de riches négociants israélites alsaciens installés à Dijon avant la Révolution. Son père était maître de forges. Il fit ses études au collège royal de sa ville natale, puis entra à l’École polytechnique.
Il revint à Dijon en 1832, et appartint alors à l’église saint-simonienne de la ville. C’est peut-être lui dont parle Suzanne Voilquin quand elle évoque un jeune homme, amoureux transi d’une romancière dijonnaise, mais qui travaille au chemin de fer
Il fut ensuite lieutenant d’artillerie de marine, puis professeur de mathématiques. En 1848, à Paris, il participa à la fondation et fut l’un des gérants de l’Association fraternelle des ouvriers maçons. Délégué élu des ouvriers maçons à la Commission du Luxembourg et vice-président de celle-ci, il fut arrêté, le 16 juin 1848, pour avoir adressé une lettre comminatoire à Sénard, président de l’Assemblée nationale. Il avait signé l’Appel aux Travailleurs du 14 juin. Voir Vinçard Pierre*
Revenu un temps à l’enseignement, il l’abandonna pour se faire industriel sous l’Empire libéral. Avec l’économiste Adolphe Coste, il fonda le journal Le Globe. Voir Petit Auguste*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26819, notice BLUM Isaac, Auguste , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 18 avril 2018.

SOURCE : Suzanne Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple, ou la Saint-Simonienne en Égypte, éd. originale, Paris, 1866. — Jean Gaumont, Le Socialisme en Côte-d’Or (Manuscrit de la Bibliothèque municipale de Dijon), t. III, pp. 304-310.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément