BOISSET Amable, Philibert

Par A. Jeannet et P. Lévêque

Né le 2 janvier 1829 à Cluny (Saône-et-Loire), mort à Mascara (Algérie). Célibataire. Après avoir étudié au collège de Cluny et servi deux ans comme volontaire au 67e de ligne, Boisset devint maître d’études dans un pensionnat de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) où il « se faisait connaître par ses déclamations violentes contre les riches et la bourgeoisie ». De retour à Cluny, il fréquenta « les socialistes de la ville ». Au lendemain du 2 décembre, il lacéra plusieurs affiches du coup d’État. Il prit part à l’insurrection du 4 décembre 1851, en Mâconnais. Au son du tocsin, il organisa le rassemblement de la troupe qui se joignit à celle de Dismier* venue de Saint-Gengoux-le-National, en marche sur Mâcon. Condamné à la transportation (Algérie plus) par la Commission mixte de Saône-et-Loire, le 9 février 1852. Il s’engagea au 1er bataillon de chasseurs légers d’Afrique. Il sollicita sa grâce le 1er décembre 1852, en ces termes : déclare « renoncer aux engagements du passé et faire franchement acte de paix et de soumission pour l’avenir ». Il mourut à l’hôpital de Mascara.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article26895, notice BOISSET Amable, Philibert par A. Jeannet et P. Lévêque, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

Par A. Jeannet et P. Lévêque

SOURCES : Arch. Nat., BB 22/158, BB 30/400. — Arch. Dép. Saône-et-Loire, série M. — Arch. Dép. Côte-d’Or, U IV E5.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément