BOSSON Pierre, Victor

Né en 1820 à Paris. Typographe et prote, cofondateur de la Société typographique.

Ouvrier typographe en février 1848 chez Soupé-Vimeux, il participa à la révolution de 1848.
Capitaine dans la XIe légion de garde nationale, Bosson participa à la manifestation du 15 mai et pénétra à l’Assemblée nationale, puis il revint annoncer que le Comité de Salut public était réorganisé.
Le 23 juin, il combattit à la barricade de la rue de la Calandre (IXe arr., emplacement de l’actuelle préfecture de police, IVe) et fut poursuivi à propos du meurtre d’un commandant de la garde nationale sur la barricade Saint-Séverin (XIe arr., maintenant Ve). Il était également accusé d’avoir tiré de sa fenêtre sur la troupe. Condamné à la transportation en juillet , il fut gracié sur l’intervention d’un ancien condamné de 1834, Petet*, devenu inspecteur général des prisons sous la Seconde République, et lui-même ancien typographe. Toutefois, il ne rentra qu’en mai 1849.
Il participa alors à l’élaboration des statuts de la Société typographique, adoptés le 2 septembre 1849. Vice-président, en 1850, de la Commission du bureau de placement, puis président de la Société typographique, il fut à l’origine de la création de l’Atelier social des Typographes, de la constitution de la Société des Malades, caisse centrale d’assurances contre la maladie.
En 1851, il contribua à la constitution de la Société de la Presse du Travail et obtint d’Émile de Girardin qu’il réservât chaque dimanche la quatrième page de La Presse aux informations ouvrières.
Le 2 décembre 1851, il multiplia les initiatives auprès des typographes qu’il mobilisa, auprès des représentants du peuple de la Montagne et auprès des étudiants pour organiser la résistance au coup d’État. Arrêté de ce fait, il fut libéré sur une nouvelle intervention de Petet. En 1861, il collabora à une « brochure ouvrière » qui reprenait le programme de la Presse du Travail.
Bosson mourut, laissant des notes manuscrites qui illustrent l’histoire de la Société typographique parisienne. Hélas, ces notes, conservées du temps de Paul Chauvet à la Bibliothèque des Arts graphiques (transférée depuis à la Bibliothèque Forney), dossier 212, ont disparu depuis... Voir Langrand Jean* et Desmoulins Auguste*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article27145, notice BOSSON Pierre, Victor , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 21 novembre 2015.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, A 10410. — Inculpés de l’insurrection de Juin 1848, Centre Georges Chevrier [En ligne]. - Paul Chauvet, Les Ouvriers du Livre en France, de 1789 à la constitution de la Fédération du Livre, avant-propos d’E. Ehni, Paris, Marcel Rivière, 1956. — Note de J. Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément