BOURGEOIS Allix (Madame)

Par Michèle Riot-Sarcey

Professeur d’histoire naturelle, Mme Allix Bourgeois, en 1848, était présidente du Comité des Droits de la Femme. Tout comme La Société pour l’Émancipation des Femmes, Le Comité de la Voix des Femmes et La Société présidée par Antonine André de Saint-Gieles, le Comité des Droits de la Femme se prononce en faveur de l’égalité des droits et pour l’abolition de tous les privilèges : cela suppose, selon les associations, d’intégrer les femmes à la République et, par voie de conséquence, de mettre en pratique l’égalité sociale et politique des deux sexes.

Le 22 mars, Mme Allix Bourgeois, en compagnie de quelques membres de son comité, est reçue à l’Hôtel de Ville par Armand Marrast qui, au nom de Gouvernement provisoire, se déclare solidaire des revendications féminines mais préfère s’en remettre à l’Assemblée Constituante (à élire le 23 avril 1848) qui aurait seule le pouvoir « d’établir » les « droits » des femmes « par un décret ». Argument avancé malgré la proclamation du suffrage dit universel. Cette contradiction manifeste entre les principes et les droits réellement appliqués fut relevée par les femmes, dès 1848.

Le Comité se prononce bientôt pour le rétablissement de la loi sur le divorce (abolie en 1816), dont le projet est présenté, à la Chambre, par le député Crémieux*. La loi sera, comme on le sait, rejetée et le Comité des Droits de la Femme interdit par le décret du 26 juillet 1848 qui retire aux femmes le droit de manifester et de débattre en public.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article27346, notice BOURGEOIS Allix (Madame) par Michèle Riot-Sarcey, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 6 août 2020.

Par Michèle Riot-Sarcey

SOURCES : Ach. Nat., Bb 30, Pétitions adressées au Gouvernement provisoire. — La Voix des femmes, Journal dirigé par Eugénie Niboyet*, 1848. — Baron Marc de Villiers, Histoire des clubs de femmes et des légions d’amazones, Paris Plon, 1910, 2e édition). — Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l’épreuve des femmes, Paris, Albin Michel, 1994.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément