BOURILLON Constant

Par Gauthier Langlois

Né à La Rochelle, saltimbanque. Condamné ou proscrit pour son opposition au coup d’État du 2 décembre 1851, Constant Bourillon se réfugia dans l’île de Jersey où il se retrouva avec nombre de proscrits dont Victor Hugo. Il participa à leurs activités politiques et notamment, le 21 octobre 1853, à l’assemblée générale des proscrits républicains résidant à Jersey, qui déclara le sieur Julien Hubert comme espion et agent provocateur de la police de Napoléon III.
Il demanda sa grâce.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article27373, notice BOURILLON Constant par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 30 juillet 2020.

Par Gauthier Langlois

SOURCES : Arch. privées de la famille Alavoine-Baudains, Liste établie par Eugène Alavoine après 1870. — A la France. L’agent provocateur Hubert, Jersey : imp. universelle, [1853]. — Victor Hugo, « 1853-L’espion Hubert », Oeuvres inédites de Victor Hugo. Choses vues, 1888, p. 291-330. — Note de R. Gossez.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément