CARPENTIER

Graveur sur bois, demeurant à Paris, 218, rue Saint-Maur, depuis 1850. En qualité d’un des chefs de la Chaîne des Martyrs, c’est-à-dire d’une organisation secrète ouvrière républicaine et socialiste qui groupait les victimes de la répression et, en premier, les anciens transportés de juin 1848, il participa à de nombreuses réunions avec Greppo, Nadaud, Minor Lecomte et, avec un groupe, il apposa des affiches appelant à la résistance au coup d’État. En fuite, il fut condamné à « Algérie plus ». Avaient été saisis chez lui les statuts de la « Vérité pratique », association des producteurs et consommateurs de chaussures, et une convocation de la société maçonnique de la Tolérance. Voir pour la Chaîne des Martyrs : Carter Willam*, Cuif Jean-Louis*, Dorion Amédée*, Dubois Hubert*, Dubois Louis*, Guillot Charles*, Lecomte Minor*, Lemierre Louis*, Leysen Philippe*, Martin Athanase*, Philippe Louis, Alphonse*, Régnier Pierre, Joseph*, Schumacher Jean-Nicolas*, Talrich Eudes*, Vatin Charles*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28120, notice CARPENTIER , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 juin 2021.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, B 1588.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément