CARRIER Étienne

Né vers 1794 à Charly (Rhône) ; fabricant lyonnais d’étoffes de soie à la Croix-Rousse ; inculpé après les journées d’avril 1834.

Né vers 1794 à Charly (Rhône). Fabricant lyonnais d’étoffes de soie à la Croix-Rousse au 2 rue de la Terrasse. Carrier a fait partie du conseil exécutif de l’association mutuelliste à Lyon. Inculpé après les journées d’avril 1834, il fut arrêté le 15 avril et une perquisition menée à son domicile fit découvrir de nombreux documents maçonniques et des brochures républicaines, comme le Programme de la Tribune, les Réflexions d’un ouvrier tailleur... de Grignon, etc. Après s’être vu remplacer le défenseur qu’il souhaitait, Audry de Puyraveau*, par Jules Favre, il fut condamné par la Cour des pairs à cinq ans de détention et à la surveillance à vie, le 13 août 1835. En janvier 1836, il fut transféré dans la citadelle de Doullens. Il implora la clémence royale et bénéficia de l’amnistie de 1837.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28150, notice CARRIER Étienne , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 8 avril 2018.

SOURCES : Cour des Pairs, Affaire du mois d’avril 1834. Rapport fait à la Cour des Pairs par M. Girod (de l’Ain), Imprimerie royale, Paris, 1834-1836. — Tableau synoptique des accusés d’avril jugés par la cour des pairs établi par Marc Caussidière, Lyon, imprimerie de Boursy fils, 1837, Arch. Nat. BB 30/294, Bibl. Nat. in-4° Lb 51/24984. — Cour des pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983 CC 564 d 2 n° 414. — J.-Cl. Vimont, Enfermer les politiques. Aux origines des régimes de détention politique (1810-1848), Thèse dact., Paris VII, 1991, 1295 p. — Notes de R. Shapira et J.-C. Vimont.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément