CATHABARD.

Ouvrier lyonnais, communiste icarien, Cathabard participa en 1841 au lancement du journal le Travail, avec Blache* comme gérant. Quand les ouvriers lyonnais créèrent un organe pour la « défense des intérêts des travailleurs », ils n’eurent pas du tout l’impression de concurrencer ce que Cabet* avait entrepris à Paris avec son Populaire : Cathabard, Busque* , Coignet*, Raymond*, H Beaune* lui envoyèrent le 14 mai 1841 une lettre, évoquée par Cabet dans une brochure, en lui adressant le prospectus de leur journal : « Vous voyez que le communisme comptera un organe de plus, organe trop faible sous le rapport du talent, mais qui se recommande au moins par son zèle et sa sincérité. Vous, citoyen, qui avez donné tant de preuves de votre dévouement à cette grande cause du Peuple, voudrez-vous bien nous éclairer de vos lumières et de votre expérience aussi souvent que nous en aurons besoin ? » Ce n’était pas vraiment une déclaration de guerre. Cabet accueillit favorablement cette nouvelle publication, mais changera vite d’opinion. (Voir Ginaud*).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28220, notice CATHABARD. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Le Populaire, juillet 1841, — Étienne Cabet, Utile et franche explication avec les communistes lyonnais sur des questions pratiques, Paris, Bureau du Populaire, 4 octobre 1842, 30 p. — Notes de F. Fourn et J. Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément