CÉNAT de l’Herm (abbé)

Curé de Chevannes, canton de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret), en 1848. Il obtint quelques voix aux élections d’avril à la Constituante. Il fit, le 23 novembre, un éloge du socialisme, que L’Univers du 9 décembre reproduisit en exprimant son indignation. L’abbé Cénat de l’Herm disait : « Le socialisme, c’est la religion de la justice et le règne de la vertu qu’on nomme humanité.
« C’est le redressement tardif des abus impies qui, depuis le déluge, font loi contre les trois quarts du genre humain.
« C’est l’abolition, par le travail, du privilège corrupteur des grandes fortunes accumulées sans travail par la ruse et par la violence ou l’oppression.
« C’est l’extinction de l’infâme paupérisme. C’est la propriété pour tous comme récompense du travail... C’est donc le droit au travail et à son équitable salaire... C’est le droit aux moyens d’élever sa famille... En un mot, le socialisme, c’est le droit de vivre de soi-même, substitué au droit usurpé par l’homme de vivre de l’homme.
« Finisse donc l’ordre du désordre. »
Ultérieurement, Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, déplaça l’abbé Cénat de l’Herm, que, sur le moment, son prédécesseur Mgr Fayet n’avait pas sanctionné pour cette profession de foi chrétienne et socialiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28296, notice CÉNAT de l'Herm (abbé), version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 6 novembre 2017.

SOURCES : Arch. Évêché d’Orléans, carton Personnel XIXe, 11. — C. Marcilhacy, « Crise dans le Loiret 1846-1852, dans Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. VI, n° de janvier-mars 1959.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément