CHAIGNEAU René

Condamné à six mois de prison et 100 F d’amende par le tribunal correctionnel d’Angers (Maine-et-Loire), le 13 novembre 1855, pour participation à l’émeute fomentée dans la nuit du 26 au 27 août précédent, par la Marianne, dans la région d’Angers-Trélazé. Par arrêté du ministre de l’Intérieur pris à la suite de sa condamnation, il fut astreint à dix ans de colonie pénitentiaire à Cayenne. Voir Attibert François* et Riotteau Valère*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28345, notice CHAIGNEAU René, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 février 2020.

SOURCE : F. Simon, La Marianne, société secrète au pays d’Anjou, Angers, 1939, pp. 109-110 et 113.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément