CHAMBARD Michel

Passementier de Saint-Étienne (Loire).

Passementier de Saint-Étienne (Loire). En 1848, chargé par Duché de veiller au salut des religieuses dont la foule avait envahi les couvents parce qu’elles faisaient travailler des filles à tarif réduit, il se serait livré à des voies de fait sur ces religieuses et il fut arrêté.
Il était considéré par la suite comme un homme d’action dangereux, « capable de faire le coup de feu dans une émeute ». Il aurait été surpris chez lui en train de fondre des balles et l’on découvrit à son domicile de nombreuses brochures socialistes. Il fut arrêté après les attroupements du 15 juin 1849 à Saint-Étienne, puis le 31 décembre 1851.
Le 4 mars 1839, il avait été condamné à 10 francs d’amende pour bris de clôture, le 27 mai 1848 à quarante-cinq jours de prison pour rébellion, le 19 septembre 1849 à dix jours de prison pour coups et blessures et à vingt jours supplémentaires pour évasion avec effraction.
En 1857, il figurait encore sur la liste des suspects.
Voir Duché*, Liogier Claude*, Roux Mathieu*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28378, notice CHAMBARD Michel , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 août 2021.

SOURCE : Arch. Dép. Loire, 10 M 37 et 10 M 51.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément