CHARRON

Né en 1770. Journalier à Parfondeval près Mortagne (Orne). Condamné en juillet 1830, par le tribunal de la ville, à deux mois de prison et cent francs d’amende pour avoir tenu à plusieurs reprises des propos séditieux, pour avoir incité « à la haine et au mépris des classes, des nobles et des prêtres en disant qu’il y en avait trop peu et qu’il fallait les couper en deux, qu’il était fâcheux que Marat et Robespierre eussent vécu aussi peu de temps, qu’ils auraient réglé tout cela ». La condamnation fit en outre état des « opinions exécrables » qu’il n’avait cessé de manifester depuis la Révolution, et de l’influence qu’il avait exercée pendant cette période et après sur les « milieux les plus vils ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28523, notice CHARRON, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 9 janvier 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 18/1185.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément