CHAUDAT

Ouvrier du port du Havre. Il demandait, en mai 1848, que « tous les journaliers soient enregistrés et qu’un bureau institué par eux leur distribue le travail par ordre de numéros ». Il envisageait aussi la formation d’une association fraternelle des journaliers.
Les autorités administratives répondirent que tout cela était l’affaire des journaliers eux-mêmes, qu’elles ne s’en mêleraient pas ; au surplus elles doutaient que les journaliers fussent capables de dépasser les rivalités de personnes et de groupes et paraissaient en être heureuses.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28573, notice CHAUDAT , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Mun. Le Havre, F 2/15, liasse 6.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément