CHELLIER Camille, Élie, Hippolyte

Né en 1826 à Pithiviers (Loiret), d’un père ancien élève de l’École de Fontainebleau, puis sous-officier au 5e régiment de cuirassiers de la Jeune Garde impériale, prisonnier des Prussiens à Waterloo ; conseiller municipal à Toury (Eure-et-Loir) en 1848. Camille, cousin du chef d’escadron Constantin, élevé depuis 1834 par celui-ci, le quitta en 1846 pour « faire son Tour de France », en commençant par Douai ; il gagna Marseille, puis Alger, revint travailler de son métier de tourneur en chaises à Beaucaire, puis à Montpellier, Pézenas et Perpignan. Les événements de Février le ramenèrent à Paris, où il adhéra au Club des Quinze-Vingts. Il manifesta avec celui-ci le 15 mai, et, le 23 juin, il travaillait aux barricades de l’entrée du faubourg Saint-Antoine et de la rue Saint-Antoine où il demeurait, chez le commandant Constantin. Il accompagna les insurgés dans le Faubourg, participa à la prise de la mairie du VIIIe et appartint à la colonne qui se porta à l’assaut de l’Hôtel de Ville. Quand, le 25, les insurgés refluèrent rue Saint-Antoine, il tira pendant une heure des appartements supérieurs de son immeuble faisant beaucoup de victimes. Arrêté, il devait être transporté. Atteint de fièvre cérébrale pendant son séjour à Brest, il dut sa grâce en novembre 1849 à cette maladie plutôt qu’aux démarches entreprises par son père auprès du « neveu de son Empereur ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28631, notice CHELLIER Camille, Élie, Hippolyte, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 septembre 2017.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 1887.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément