CHERVASSON Anne.

Domestique dans un cabaret, rue des Trois-Marie, à la Croix-Rousse (Rhône-et-Loire). Militante jacobine particulièrement énergique, elle fut condamnée, le 3 septembre 1793, à six mois de fers par la Commission militaire de Lyon établie au moment de la rébellion fédéraliste.
S’adressant aux soldats qui gardaient les postes de la Croix-Rousse, elle leur avait crié que « les Lyonnais sont des gueux, des scélérats, qu’ils méritent d’être incendiés, etc... »
De tels propos révèlent les violentes oppositions de classes qui marquaient alors les rapports entre les habitants des faubourgs et ceux de la ville de Lyon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28652, notice CHERVASSON Anne. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, 1 L 982. Siège de Lyon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément