CLÉMENT Auguste

Né à Grenoble le 6 octobre 1798, mort à Grenoble le 22 septembre 1862. Représentant Montagnard de l’Isère en 1848 et 1849.

Auguste Clément avait fait ses études de droit à Paris sous la Restauration et avait fréquenté les adversaires du régime. Avocat à Grenoble en 1830, il avait été nommé magistrat à Saint-Marcellin (Isère). Il donna sa démission avec éclat en 1842, après avoir refusé publiquement d’user de son influence en faveur du candidat ministériel.
De nouveau avocat à Grenoble entre 1842 et 1848, il fut en Février un des cinq conseillers municipaux républicains de la ville qui proclamèrent la République.
Élu le 23 avril à la Constituante, onzième sur quinze par 84 417 voix sur 136 486 votants et 159 723 inscrits, il vota régulièrement avec l’extrême gauche (droit au travail, amnistie aux transportés de Juin, etc.), sauf le 25 novembre où il se prononça pour l’ordre du jour de félicitations à Cavaignac.
Réélu le 13 mai 1849 cinquième sur douze par 70 527 voix sur 105 869 votants et 160 450 inscrits, il signa l’Adresse au Peuple. Il siégea à l’extrême-gauche, ne joua aucun rôle en décembre 1851 et rentra dans la vie privée. Voir Madet Charles*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28820, notice CLÉMENT Auguste , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément