COFFINEAU Jean

Né à Teigny (Nièvre) le 1er janvier 1801. Communiste matérialiste, il avait participé à la fondation de La Fraternité de 1845. Établi entrepreneur de fumisterie, puis marchand de vin et logeur, 6, rue Neuve-Sainte-Anastase, à Paris (IXe arr., maintenant rue Eginhard, IVe). Membre de la Société des Saisons, puis l’un des chefs des communistes matérialistes, il fut condamné à sept ans de détention le 12 juin 1847, confirmés le 2 juillet 1847 au procès des communistes matérialistes. Il aurait été libéré en 1848 et se cachait quand se produisit le coup d’État, se sachant sous mandat d’arrêt en raison de ses antécédents. Il bénéficia d’un non-lieu de la part de la commission militaire et de la commission de révision de Paris. Voir Brige*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28879, notice COFFINEAU Jean, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 30 septembre 2016.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, B 1954. — Ph. Matthey, Les membres des sociétés secrètes républicaines parisiennes sous la monarchie de Juillet, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Paris X, 1986. — Jean-Noël Tardy, L’Âge des ombres. Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Paris, Belles Lettres, 2015. — Note de Jean Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément