COUCHOT Jean

Né en 1823. Manouvrier à Arcelot, canton de Mirebeau, (Côte-d’Or).
Républicain en 1848, « il recevait les journaux rouges et, doué d’une très grande mémoire, il les commentait partout, excitait sans cesse à la haine des pauvres contre les riches ». Il jouait le rôle d’agent de liaison entre les villages de son canton et les démocrates de Dijon.
Le 4 décembre 1851, il fut l’un des chefs de la petite colonne de républicains qui marcha sur Dijon, mais ne put entrer dans la ville. Condamné par la Commission mixte de la Côte-d’Or comme « chef de bande » à la déportation (Algérie moins), il fut gracié en 1853.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29150, notice COUCHOT Jean, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 septembre 2017.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/400 ; Arch. Dép. de la Côte-d’Or, 20 M 149. — Note de P. Levêque.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément