COUÉ Frédéric, François (ou COUET Frédéric, François)

Né en 1824 à Avrillé (Maine-et-Loire) demeurant à Trélazé (Maine-et-Loire). Ouvrier carrier, il participa, dans la nuit du 26 au 27 août 1855, à l’attaque de la gendarmerie de Trélazé. Il commandait une section d’émeutiers. Antérieurement à cette affaire, il avait déjà été poursuivi pour affiliation à la Marianne. Le 30 octobre 1855, le tribunal correctionnel d’Angers le condamna à deux ans de prison, 100 francs d’amende, cinq ans d’interdiction des droits civiques et à quatre ans de surveillance. En cour d’assises, le 16 octobre 1855, il fut condamné à cinq ans de prison. D’après une note manuscrite des Archives nationales, Coué exerçait le métier d’épicier et la cour d’assises ne le condamna qu’à un an de prison. Il était le cousin germain de Coué François, roulier à Avrillé.
Voir Attibert François*, Beaudouin Charles* et Secrétain Jean-Marie*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29161, notice COUÉ Frédéric, François (ou COUET Frédéric, François), version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 7 juin 2022.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/413, P. 1247 — BB 30/437. — Gazette des Tribunaux, 1er nov.1855, p. 1042. — La gazette des tribunaux, 10 mars 1854 p252. BNF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément