COURDESSE Léon

Né en 1824 à Sommières (Gard) ; instituteur à Sommières. Principal chef du « parti anarchiste » du canton de Sommières.

Révoqué de ses fonctions, à cause de l’« exaltation » de ses « opinions démagogiques », Courdesse participa, à partir de 1848, à toutes les manifestations socialistes du Gard et son nom se retrouve dans toutes les publications émanant des comités montagnards ou socialistes formés en vue des élections ou de la création de journaux démocrates socialistes. Après les événements de décembre 1851, Courdesse fut transporté en Algérie (Algérie moins).
Son dossier comprend diverses pièces dont l’inventaire nous donne une idée de la manière dont se faisait la propagande socialiste : le numéro 150 (7 avril 1848) de La Révolution démocratique et sociale (bureaux à Paris) et le numéro 153 du 11 avril 1848 ; le numéro 20 (dimanche 24 juin 1849) du journal Le Montagnard (bureaux à Montpellier) ; le numéro 42 (13 novembre 1851) de La Feuille du Village (bureaux à Troyes et Paris) ; enfin des affiches du Comité départemental de la Montagne et sept pièces (lettres, mandats) prouvant l’existence d’un « Cercle des Travailleurs » à Saint-Dionisy et laissant présumer celle d’une société secrète politique ; à noter encore des chansons socialistes. Voir Fermaud Émile*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29195, notice COURDESSE Léon , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 septembre 2017.

SOURCE : Arch. Dép. Gard, série M 6.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément