COURTOIS Jacques

Né en 1806. Marchand de planches à Langres (Haute-Marne) où il devint l’un des chefs du groupe socialiste après la révolution de 1848. En 1851, une visite domiciliaire fit découvrir chez lui plus de cent cartouches, des armes, des listes de sociétés secrètes, des journaux et des brochures socialistes et toute une galerie de portraits de Montagnards.
Pour la détention d’armes, Courtois fut traduit, avec son complice le cordonnier Durand, devant le tribunal correctionnel de Langres et condamné à dix-huit mois de prison et 500 francs d’amende. Voir Durand Louis, Charles*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29218, notice COURTOIS Jacques, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Haute-Marne, 61 M 24 et 167 U 15. — Journal chaumontois : L’Écho du Peuple 1851.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément