CRÉMIEUX Esdras

Commis-négociant à Clermont-l’Hérault (Hérault), de religion israélite ; décrit par les autorités comme socialiste exalté et propagandiste actif.

En septembre 1849, il fêta, dans un banquet, l’anniversaire de la Première République.
Le 18 décembre 1850, arrivant de Paris, il prenait part à un repas de douze personnes, que le préfet qualifia de « réunion de socialistes », dans la manufacture de draps que ses parents possédaient sur la Dourbie, dans la commune de Nébian (Hérault).
Après le coup d’État du 2 décembre, il parvint à se soustraire à toute condamnation.
En 1855, le préfet écrivait sur son compte : « A quelque instruction. Faisait partie des sociétés secrètes ; propagandiste actif ; prêchait dans les réunions publiques des doctrines subversives. Socialiste incorrigible, capable de se mêler à une manifestation hostile. »
Le 2 septembre 1861, le sous-préfet de Lodève déclarait au préfet que Crémieux résidait habituellement à Nîmes ; mais il donnait l’alarme parce que Crémieux était revenu depuis quelque temps à Clermont : « D’opinions socialistes très exaltées, il était, en 1848, un des piliers du club, et, dans une crise, serait dangereux. »
La même année, le préfet écrivait sur Crémieux, en soulignant sa qualité d’israélite : « Juif de religion, professe les opinions les plus subversives. Il serait homme à mettre sa fortune au service de ses opinions, et son exaltation le rend très dangereux. » Voir Lyon Moïse*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29268, notice CRÉMIEUX Esdras, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 4 M 105, 4 M 285, Affaires confidentielles (1849-1869) ; cf. Émile Appolis, « Les Israélites de l’Hérault de 1830 à 1870 », dans Bulletin d’histoire moderne et d’histoire contemporaine du Comité des travaux historiques et scientifiques, Congrès des Sociétés savantes de 1959, passim.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément