CUNY Pierre

Par Thomas Bouchet et Jean-Claude Vimont

Né le 2 septembre 1810 à Fromezey (Meuse), cuisinier, républicain, insurgé des 5 et 6 juin 1832.

Fils de Nicolas Cuny, charpentier, et de Jeanne Couturier, cuisinier sans place depuis le mois de mai 1832, célibataire, Pierre Cuny avait 21 ans lorsqu’il fut arrêté lors de l’insurrection des 5 et 6 juin. Il aurait fait usage d’un pistolet le 5 juin, rue des Noyers. Il fut condamné à mort par les assises de la Seine, le 23 août 1832 pour tentative d’assassinat et attentat contre le gouvernement. À l’annonce du verdict, il s’écria : « Vive la République ! J’aime mieux la mort que 5 ans de galères. » La presse unanime s’émut d’une telle rigueur. Sa peine fut commuée en détention perpétuelle. Il fut enfermé à Bicêtre, puis à Sainte-Pélagie, avant d’être transféré dans le quartier politique de la maison centrale du Mont-Saint-Michel (Manche), le 16 juin 1833, avec une quinzaine d’autres condamnés par ordre délivré le 13 juin 1836 par le ministre de l’intérieur. Il passa par la maison de justice de Beauvais le 25 juin 1836, avant d’être envoyé à Doullens (Somme).
Il fut libéré à l’occasion de l’amnistie du 8 mai 1837, et il se rendit à Paris où sa trace se perd, ou presque. En 1848 il fera à Caussidière la surprise de lui rendre une visite, unique, à la Préfecture de police, en costume d’artilleur. En 1849, Cuny figurait sur la liste des individus secourus en vertu de leur statut de condamnés politiques du régime déchu.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29339, notice CUNY Pierre par Thomas Bouchet et Jean-Claude Vimont, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 2 novembre 2020.

Par Thomas Bouchet et Jean-Claude Vimont

SOURCES : Arch. Nat., BB18/1330, BB18/1367, CC/597. — Arch. PPo., Aa/367. — Arch. Dép. de la Meuse 55 2E208(4) 1810 (vue 123). — Arch. Dép. de l’Oise 60 2Y52 Folio 27 matricule 79. — Bibl. Hist. Ville de Paris, manuscrit 1213. — Moniteur universel, 25 août 1832. — J.-Cl. Vimont, Enfermer les politiques. Aux origines des régimes de détention politique (1810-1848), Thèse dact., Paris VII, 1991, 1295 pages. — – Marc Caussidière, La Révolution de février. Mémoires de Caussidière, ex-préfet de police et représentant du peuple, Bruxelles, Société Typographique Belge, 1849, p. 53. — État civil en ligne cote 2 E 208 (4), vue 123.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément