CURIE Paul, François, Gustave, Étienne

Né le 16 novembre 1799 à Grand-Charmont (Doubs), mort le 5 octobre 1853 à Londres. Fils d’un officier, il épousa la fille de Jean Hofer, industriel à Mulhouse, parente des Dollfus par sa mère. Saint-simonien.

Curie fit ses études médicales à Paris, s’affilia, en 1820, à la loge maçonnique des Amis de la Vérité, qui était la loge de Bazard, de Flottard et de Buchez, s’affilia à la Charbonnerie, devint docteur en médecine en 1824. C’était le père du médecin de Proudhon (voir Curie) et le grand-père du savant Pierre Curie (1859-1906).
Médecin à Mulhouse en 1825, il ouvrit, en 1831, une Institution industrielle pour les jeunes gens qui se destinaient au commerce. Il visita gratuitement les malades pauvres, jusqu’à son départ de Mulhouse en septembre 1833.
En 1831, il avait adopté les idées saint-simoniennes et était entré en conflit avec l’Église réformée de Mulhouse. Il était en effet depuis 1828, secrétaire du Consistoire : il quitta et le Consistoire et l’Église en 1831. Membre de la Hiérarchie saint-simonienne, il propagea la doctrine à Mulhouse. Il exerça de 1833 à 1835, comme homéopathe, à Paris, puis, à l’instigation d’Arlès-Dufour*, à Londres, de 1835 à 1853. de 1835 à 1853 à Londres. En 1837, il souscrivit pour la « liste civile » du Père Enfantin.
Lié à Pierre Jaenger*, comme lui homéopathe et convaincu des liens de cette thérapeutique avec le saint-simonisme, il ne le suivit pas chez les fouriéristes et resta fidèle à leur doctrine de base.
Voir pour le saint-simonisme dans le Haut-Rhin : Olivier*, Simon Léon*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29344, notice CURIE Paul, François, Gustave, Étienne, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 6 mars 2019.

ŒUVRES : Dr Curie, Profession de foi saint-simonienne, Mulhouse, 1831 (imprimé qu’il est impossible de trouver). — Le pasteur Graf ayant répondu à Paul Curie, celui-ci rétorqua : Dr Curie, membre de la Hiérarchie saint-simonienne, Réfutation de la réponse de M. le Pasteur Graf à ma lettre à mes concitoyens, Mülhausen, Risler et Cie, 1831, in-8°, 8 pages. — Dr Curie, « Proposition de M. le... relative à la création de comités de salubrité publique et de médecins cantonaux, lue à la séance du 30 mars 1831 » (Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, t. V, p. 465). — Dr P. Curie, membre de la Hiérarchie saint-simonienne, Exposition de la religion saint-simonienne, Mulhausen, impr. J. Risler et Cie, 1832, in-8°, 23 pp. — Les Archives de la Médecine homéopathique (1836-1837), publiées par le Dr Curie, sont à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

SOURCES : Bibl. Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7 676/169. — A. Brandt, « Le Dr Curie et le saint-simonisme à Mulhouse », dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, octobre 1938, pp. 398-421. — Paul Leuilliot, « Le saint-simonisme à Mulhouse en 1832 », dans Bulletin du Musée historique de Mulhouse, 1958. — Paul Leuilliot, « Socialisme et Religion en Alsace dans la première moitié du XIXe siècle : le Dr Paul Curie à Mulhouse » dans Archives de Sociologie des Religions, juillet-décembre 1960. — Paul Leuilliot, « Un centenaire, le Dr Pierre-Paul Jaenger (1803-1867) », Annuaire de la Société historique et littéraire de Colmar, 1968. — Note de Ph. Régnier.

ICONOGRAPHIE : Portrait par le comte d’Orsay (1843), Bibliothèque du British Museum, reproduit dans le Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, en octobre 1938.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément