DASSEVILLE

Coopérateur rouennais. Membre du Club du passage Nitrière, il appartenait à sa fraction la plus modérée. Le 26 octobre 1848, il lut des fragments d’un de ses écrits sur les Intérêts ouvriers, qu’il venait d’envoyer à Ledru-Rollin, entre autres, et où il attaquait l’égalité des salaires défendue par Louis Blanc. L’auditoire, cinq cents personnes environ, l’interrompit constamment. Il avait fondé en 1847 une Société philanthropique commerciale devenue Société philanthropique démocratique, après son baptême quarante-huitard. Il s’efforça d’intéresser le club Nitrière au sort de cette coopérative d’achats qui ristournait 5 % à ses adhérents sur toutes leurs acquisitions. Le 26 décembre, Meslay le combattit vivement. Leur controverse continua le 28, envenimée par l’assertion de Dasseville qu’il avait « entendu dire que l’autorité avait fait fermer le club ». Mais il trouva, le 8 et le 22 janvier 1849, des défenseurs comme Anciaux, Charles Lambert et Évariste Potelette. Tandis que Meslay demandait au club, appuyé par Charles Furet, de se prononcer contre Dasseville et d’inviter tout le monde à rejoindre la coopérative de consommation de Saint-Sever, Furet exigeait même là-dessus un vote du club que le président Letellier repoussait, comme hors des attributions du club. Voir Letellier A.*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29453, notice DASSEVILLE, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément