DAUTY Michel

Par Pierre Cousteix

Né à Carcassonne (Aude) en 1853. Plâtrier fumiste. Membre de la Société populaire créée à Limoges (Haute-Vienne) en mars 1848 et membre de la compagnie d’artillerie de la Garde nationale.

Dauty déclara, dans une réunion de la Société populaire le 26 avril 1848, que la compagnie d’artillerie avait de mauvaises dispositions pour le peuple (déposition d’un témoin au procès d’avril 1849).
Selon lui, les canons de la compagnie d’artillerie, dont le chargement avait exaspéré les manifestants du 27 avril, avaient été chargés par des malveillants. Dauty fit partie du Comité administratif formé à Limoges le 27 avril 1848, à la suite des désordres survenus, lors des élections à la Constituante. Voir Briquet Ch.* Il fut condamné en mars 1852 à l’internement par la Commission mixte du département de la Haute-Vienne pour sa participation aux événements de décembre 1851 à Limoges. Voir Patapy*.
Interné à Bourg-sur-Gironde, il fut transféré ensuite à Pauillac en raison de la fâcheuse influence qu’il exerçait sur les ouvriers de Bourg. L’internement fut ensuite commué en surveillance. À la fin de 1852, il était de retour dans la Haute-Vienne où il travailla à la construction de l’église de Châlus.
Le 15 juillet 1853, Dauty fut frappé d’une nouvelle peine d’internement pour avoir assisté aux obsèques de la mère de Charles Ricroch, qui furent l’occasion d’une réunion des socialistes de la ville, et prit part ensuite à une autre réunion de socialistes. Il fut interné à Ajaccio en Corse. Il demanda alors soit à être interné de nouveau à Bordeaux, soit à obtenir un passeport libre pour se rendre à Barcelone en Espagne où il s’établirait avec sa femme et ses cinq enfants. Il obtint l’autorisation de se rendre à Barcelone et s’y trouvait lorsque le 4 juin 1857, il fut affranchi provisoirement de la mesure de sûreté publique ordonnée à son égard. Il semble s’être fixé à Barcelone.
En 1882, Mme veuve Dauty résidant à Barcelone obtint la pension accordée aux victimes du coup d’État de décembre 1851 ou à leurs ayants-droit.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29487, notice DAUTY Michel par Pierre Cousteix, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 27 septembre 2017.

Par Pierre Cousteix

SOURCES : Arch. Dép. Haute-Vienne, M 745, Surveillance d’individus (Dossiers des victimes de la Commission mixte en 1852). — V. Chazelas, « Un épisode de la lutte de classes à Limoges (Février-mai 1848) », La Révolution de 1848, années 1910-1911. — P. Cousteix, « L’action ouvrière en Haute-Vienne sous la Seconde République », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 1954. — Procès devant les assises de la Vienne mars-avril 1849. Compte rendu des débats publié par l’Abeille de la Vienne, journal quotidien de Poitiers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément