DAVIGNON

Bonnetier ruiné, ouvrier aux Forges du port de Rochefort-sur-Mer (Charente-Inférieure), « suspect de socialisme exalté ». Il était affilié à la Marianne, faisait probablement partie du comité de Rochefort, et était sans doute personnellement en liaison avec le comité central. Le 21 juillet 1856, il quitta son poste, et entreprit de visiter les localités de Mauzé, Rohan-Rohan, Niort, Saint-Maixent, la Mothe-Saint-Héraye, Melle, Chizé, toutes dans les Deux-Sèvres, prévenant au passage les adhérents de la Marianne qu’un soulèvement national devait éclater le 25 juillet.
Il est probable qu’il prit également contact avec le vérérinaire Mulon, de Surgères (Charente-Inférieure). Quoi qu’il en soit, c’est à la suite d’une dénonciation de ce dernier que Davignon fut arrêté. La liste des membres de la Marianne dans les Deux-Sèvres se trouve à Arnault Ph.-A.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29528, notice DAVIGNON , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 30/417, P. 1411.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément