DECAEN [Rhône]

Par Notice revue et complétée par Philippe Régnier

Industriel saint-simonien.

Industriel saint-simonien. Membre de la rédaction du Producteur en 1825. Decaen s’en retira peu après le départ de Cerclet* , sans motif déclaré, mais probablement en raison d’une radicalisation qui écarta aussi et notamment Adolphe Blanqui. Il ne réapparut parmi les saint-simoniens actifs qu’en 1833, lorsque, propriétaire et directeur d’une fabrique de porcelaine à Arboras, près de Givors (Rhône), il aida à trouver de l’embauche les militants parisiens venus dans la région lyonnaise pour faire l’expérience de la condition prolétarienne.
Decaen est le beau-frère de Mme Durval, une saint-simonienne qui tenait un cabinet de lecture à Lyon, ainsi que du saint-simonien Jules Sonnerat, époux d’une demoiselle Decaen à partir de 1839 au moins.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29563, notice DECAEN [Rhône] par Notice revue et complétée par Philippe Régnier, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 29 novembre 2022.

Par Notice revue et complétée par Philippe Régnier

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément