DELANOUE André, Simon

Né en 1818 à Paris. Soldat au 50e régiment d’infanterie de ligne, il fut condamné à trois mois de prison pour évasion avec bris de prison, en 1842. Libéré à la fin de 1845, cet ouvrier fileur, qui travaillait aussi comme commissionnaire déchargeur à la gare en cas de chômage, entra, en 1848, aux Ateliers nationaux comme chef d’escouade et fréquenta le club des Quinze-Vingts et celui de la Révolution. Ses services militaires le firent élire sous-lieutenant dans la VIIIe légion de la garde nationale et, pendant les Journées de Juin, il se servit de son grade surtout pour maintenir l’ordre, rue de Charenton où il demeurait, où il établit un poste, distribua des bons de vivres aux gardes nationaux nécessiteux et protégea des soldats du 48e régiment d’infanterie de ligne prisonniers qu’il subtilisa aux insurgés. Il faisait écrire sur les portes des maisons : « Mort aux voleurs ! Vive la République démocratique ! » Arrêté en raison de la signature des bons de vivres, ses voisins se portèrent garants de sa conduite et il fut libéré en août.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29660, notice DELANOUE André, Simon , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 10761.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable