DEMOULIN [Ardennes]

Né vers 1826 ; ferronnier et chansonnier des Ardennes.

Le 1er avril 1850, musique en tête, une trentaine de jeunes ouvriers ferronniers, coiffés de bonnets rouges, défilèrent dans les rues de Mouzon (Ardennes) en chantant un refrain populaire de l’un des leurs, Demoulin :
Zim boum rantaplan,
Les Rouges abattront les Blancs.
Les gendarmes intervinrent. Les jeunes gens se réfugièrent dans le cabaret « du sieur Lejay » en ponctuant leur retraite de « À bas les cognes, à bas les hirondelles de potence ! ». Les gendarmes intervinrent dans le cabaret même.
Les six principaux manifestants devaient être traduits en cour d’assises pour avoir « troublé la paix » en chantant des chansons séditieuses et pour avoir « porté publiquement des signes extérieurs de ralliement non autorisés par la loi ». Les interrogatoires firent apparaître le rôle important de Demoulin, « ferronnier de vingt-quatre ans, doué d’une grande intelligence, ayant beaucoup d’influence sur la jeunesse du pays », à cause des chansons qu’il composait et chantait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29793, notice DEMOULIN [Ardennes], version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 30 novembre 2022.

SOURCE : René Robinet, « Il y a cent ans. Opposition et chansons », dans la revue Présence ardennaise. Cahier n° 9, hiver 1951-1952, Édition du groupe artistique « Arthur Rimbaud », Charleville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément