AUDOUY Guy

Par Michel Gorand

Né le 7 avril 1940 à Nevers (Nièvre), mort le 7 décembre 2012 ; chef de groupe d’ouvriers ; secrétaire général de l’Union professionnelle des cheminots CFDT de Lyon (1973-1983) ; secrétaire national de la Fédération des cheminots CFDT (1980-1983, 1986-1992).

Fils d’ouvriers agricoles, Guy Audouy obtint un brevet technicien supérieur « bureau d’études » après ses études secondaires. Il fut d’abord maître auxiliaire puis dessinateur avant d’entrer à la SNCF comme attaché groupe V le 1er novembre 1964 aux ateliers d’Oullins-Voitures (Rhône). À l’issue de ses stages, dont six mois comme maître d’apprentissage, il fut nommé chef de groupe d’ouvriers (maîtrise).
Il participa à la grève de 1968 comme sympathisant CFDT, ainsi qu’à l’occupation de l’atelier pendant toute la durée de la grève. Ce n’est qu’après avoir terminé ses stages d’attaché qu’il se syndiqua à la CFDT en 1970. Guy Audouy participa à un stage de formation syndicale de la maîtrise et des cadres CFDT puis devint le trésorier de l’Union professionnelle régionale (UPR) dès son congrès constitutif de 1971. Lors de la grève de juin 1971, il intervint quotidiennement dans les assemblées générales au nom de la CFDT et cette même année, il fut élu comme représentant de la maîtrise au comité mixte d’établissement d’Oullins, siège qu’il occupa jusqu’à 1977.
De 1972 à 1975, il milita à la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) dans un conseil d’école. Nommé contremaître en 1974, Guy Audouy dut attendre 1979 avant d’être nommé sous-chef d’atelier. Entre temps, il participa aux congrès fédéraux de 1973 et 1976, faisant partie de l’opposition. En 1973, il devint secrétaire général de l’UPR de Lyon (Rhône) et occupa ce poste jusqu’à 1983. Désigné au groupe technique national Matériel en 1976, il devint conseiller de l’Union départementale du Rhône la même année, puis membre du bureau de l’UD en 1979, chargé de la formation syndicale.
Pour assurer efficacement ses deux responsabilités professionnelle et interprofessionnelle, il devint permanent syndical de 1980 à 1984, et élu au secrétariat national des cheminots CFDT lors du congrès de Loctudy de 1980. Réélu au congrès de 1983 à Saint-Pol-sur-Mer, il démissionna très vite de ses responsabilités nationales mais continua à siéger au bureau de l’UD du Rhône jusqu’à 1985. Il fut par ailleurs membre du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) d’Oullins de 1983 à 1985. Lors du congrès de Lamoura en 1986, il fut réélu au secrétariat national et reprit des responsabilités aux groupes techniques nationaux Matériel et Manutention ferroviaire. Guy Audouy redevint permanent syndical de 1986 à 1993.
En 1992, il mit un terme à ses responsabilités nationales, puis reprit du service à la division du Matériel à la Région de Lyon en 1993, date à laquelle il fut promu chef d’atelier principal. Guy Audouy prit sa retraite le 1er juillet 1995, commença à militer chez les retraités et fut élu au bureau de l’Union fédérale des retraités FGTE-CFDT en juin 1997, chargé de la section Cheminots. Il fut élu également secrétaire de la région FGTE Retraités Rhône-Alpes en 1999. À partir de l’année 2000, il siégea au conseil de l’Union régionale interprofessionnelle des retraités CFDT de Rhône-Alpes et au conseil de l’Union confédérale des retraités CFDT.
Marié en octobre 1964, Guy Audouy eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article299, notice AUDOUY Guy par Michel Gorand, version mise en ligne le 8 avril 2017, dernière modification le 8 avril 2017.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Correspondance avec le militant, 2002.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément