DESLANDES François, Jean

Né le 22 juin 1813 à Luzay (Deux-Sèvres) ; journalier à Magé, commune de Louzy (Deux-Sèvres) ; "Marianneux".

Fils de Jean Deslandes, cultivateur vigneron, et de Anne Renée, François Deslandes fut condamné, le 13 septembre 1856, par le tribunal correctionnel de Bressuire, à trois ans de prison et cinq ans d’interdiction des droits civiques, en raison de son affiliation à la société secrète la Marianne, et de sa participation à l’émeute de Brion du 22 juillet 1856.

Il purgea sa peine à la prison centrale de Fontevrault. Un rapport du préfet des Deux-Sèvres au ministre de l’Intérieur (août 1859) dépeignait Deslandes comme « un homme dont les mauvais instincts s’étaient déjà manifestés avant sa participation aux troubles du canton de Thouars. Cette mauvaise nature, que trois ans de contact avec les reclusionnaires n’ont pas dû améliorer, sera toujours un danger sur les lieux où il s’est livré à ses excès socialistes. Son retour ne pourrait que jeter l’inquiétude chez ceux qu’il menaçait de mordre, en 1856, pour les forcer à se joindre aux émeutiers... » En conséquence, le préfet demandait qu’il fût transporté dans une colonie pénitentiaire, à l’expiration de sa peine.

Les autres « Marianneux » de Louzy étaient : Brémond F.*, Lebrun J.-J.*, Lizambert J.*, Peltier F.*, Ragot F.*, Robineau R.*
Voir Arnault Ph.-A.* Voir Lesage*, pour les affiliés du hameau de Magé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29922, notice DESLANDES François, Jean, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 24 janvier 2021.

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, Registre des jugements du tribunal de Bressuire, année 1856 et 4 M 15/4, état civil de Luzay. — Arch. Nat., BB 30/417, P. 1411.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément