DELMAS Georges, Paul, Joseph

Par Odette Hardy-Hémery

Né le 9 février 1910 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 2 février 1998 à Hellemmes (Nord) ; ouvrier professionnel ; responsable FTPF ; secrétaire du syndicat CGT des cheminots d’Hellemmes (1958-1965) ; administrateur de l’Orphelinat national des chemins de fer ; conseiller municipal communiste d’Hellemmes (1944-1958).

Georges Delmas était le fils unique de Pierre Delmas et de Marie Candide Douzieh qui décéda des suites de couches le 1er mars 1910. Son père, actif syndicaliste et militant communiste, participa très tôt aux groupes de l’Organisation spéciale de combat (OSC) et mourut un déportation.
Après son certificat d’études primaires, Georges Delmas entra à la Compagnie du Nord, au centre d’apprentissage des ateliers d’Hellemmes (Nord). Il obtint son CAP de tourneur sur métaux et s’intéressa aussitôt à l’activité syndicale. Le 1er octobre 1925, en même temps qu’il entrait dans la vie active, il adhéra à la CGTU et rejoignit le Parti communiste en 1928 ; dans ces cadres, il mena d’innombrables actions dont celles pour obtenir un véritable statut des cheminots.
Après son service militaire, il devint l’un des dirigeants du syndicat des cheminots d’Hellemmes et fut élu en 1936 au conseil d’administration de l’Orphelinat national des chemins de fer.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, Georges Delmas fut poursuivi en raison de ses convictions politiques et rayé de l’affectation spéciale. Il fut envoyé sur le front des armées puis démobilisé après la débâcle de 1940. Il rejoignit alors l’Organisation spéciale de combat mise sur pied par les communistes, puis fut responsable des FTPF et de la CGT clandestine parmi les cheminots d’Hellemmes.
À la sortie de la guerre, Georges Delmas fut élu délégué du personnel aux ateliers d’Hellemmes, représentant du personnel auprès de la division régionale des chemins de fer à Paris.
De 1958 à 1965, il dirigea le syndicat des cheminots d’Hellemmes. En même temps, secrétaire du groupement régional de l’Orphelinat national, Georges Delmas représenta pendant plus de vingt ans la région du Nord au conseil d’administration national à Paris.
Georges Delmas fut également pendant quatorze ans conseiller municipal d’Hellemmes, de 1944 à 1958. Lors de sa retraite en 1965, il devint secrétaire de l’importante section CGT des cheminots retraités de la métropole lilloise. Membre de la commission exécutive de l’Association républicaine des anciens combattants, il reconstitua la section d’Hellemmes de l’ARAC et siégea au comité de direction de la Fédération du Nord. Il milita activement au Mouvement de la Paix et au Secours populaire français. Georges Delmas se vit attribuer la croix de chevalier du Mérite national, la médaille commémorative de la guerre 1939-1945 au titre de la Résistance, l’Étoile de bronze de la Reconnaissance républicaine décernée par l’Office républicain des mérites civiques et militaires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3004, notice DELMAS Georges, Paul, Joseph par Odette Hardy-Hémery, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 4 avril 2012.

Par Odette Hardy-Hémery

SOURCES : Notice biographique établie par le fils de l’intéressé, Serge Delmas. — Discours prononcés lors de la promotion de Georges Delmas au grade de chevalier dans l’ordre du Mérite national. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément