DORION Amédée, Victor

Né en 1818 dans l’Oise, mort en Algérie. Arrêté en 1830 pour vagabondage, il fut placé deux ans dans une maison de correction. Acquitté d’un vol en 1833, il resta trois ans encore en maison de correction. En 1848, ouvrier ciseleur sans travail, il entra aux Ateliers nationaux de Belleville où il demeurait, boulevard des Trois-Couronnes. Sur le chantier, chemin des Partants, à Belleville, il fréquenta Minor Lecomte, débaucha les ouvriers, menaça de prendre les armes avec eux pour renverser l’Assemblée nationale. Il se réunissait régulièrement avec quelques-uns d’entre eux chez un marchand de vins où l’on disait que l’on voulait ôter le travail aux ouvriers et que la République ferait pire que la monarchie. Membre du club des Droits de l’Homme, il déclara dès 9 heures, le 23, que le rappel battrait deux heures plus tard, et, effectivement, il battit à onze heures à Belleville, quand on connut ce qui se passait à Paris. Du 25 au 26, il s’absenta toute la journée et fut arrêté le 27, rue du Faubourg-Poissonnière, devant le cadavre d’un soldat tué en face de la rue des Abattoirs par les insurgés. Transporté en Algérie, il n’en revint pas.
Voir Carpentier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article30123, notice DORION Amédée, Victor , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 4 mai 2022.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 7148.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément