DUBOIS Alexis, Jules, Simon

Rentier, dont on ne connaît pas très bien les activités antérieures, Alexis Dubois fut arrêté avec Auguste Blanqui*, en fuite depuis mai 1839, dans la cour de l’hôtel d’Aumont, rue de l’Hôtel-de-Ville, le 14 octobre 1839, avec Aristide Bouvet*, Honoré Breton*, Auguste Costis*, Théodore Vinturoux.*. A part Blanqui, ils furent rapidement relâchés sans poursuite.
Breton, Vinturoux et Dubois furent considérés comme s’étant trouvés là par hasard, Bouvet et Costis étant transférés provisoirement à La Force.
Notons que le policier Dossonville était né Jean-Baptiste Dubois à Auneau le 1er janvier 1753. Une recherche généalogique nous dira si cet Alexis, Jules, Simon lui était apparenté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article30229, notice DUBOIS Alexis, Jules, Simon , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 26 août 2017.

SOURCES : Gazette des Tribunaux, 16 octobre 1839. — Journal des débats, 20 octobre 1839, p. 2, col. 4. — Cour des pairs. Procès politiques, 1835-1848, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1984, CC 728 n° 462. — Paul Chauvet, Les Ouvriers du Livre en France, de 1789 à la constitution de la Fédération du Livre, avant-propos d’E. Ehni, Paris, Marcel Rivière, 1956. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993. — Gilles Feyel et Jean Paul Lelu, Auguste Blanqui et sa famille. Correspondance (1807-1918) …, Chartres, Société Archéologique d’Eure-et-Loir, 2000, p. 337. — Note de J. Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable