DUHAMEL Mathias, Toussaint

Né à Gouy (Pas-de-Calais) en 1815. — Il y avait alors quatre communes de ce nom dans le Pas-de-Calais et il y en a encore trois. Poursuivi pour escroquerie en 1844 et condamné, en octobre 1847, à Paris, à dix jours de prison pour coalition, cet ouvrier tailleur de limes était délégué de sa corporation au Luxembourg, en 1848. En Juin, le 24, il figura à la barricade de la rue de la Roquette, où il demeurait, au n° 35. Arrêté, comme ayant convié les ouvriers à s’emparer de l’Hôtel de Ville, il fut transporté et gracié en décembre 1849.
En 1851, il était directeur de l’Association des ouvriers en limes dont les ateliers s’ouvraient 29, passage de la Marmite. Il combattit rue Phélippeaux et aurait été fusillé au coin de cette rue et de la rue du Temple, quoique sa femme, lors d’une perquisition qui amena la saisie de pièces compromettantes, l’ait prétendu réfugié à l’étranger. Il fit l’objet d’une décision (« Algérie plus »), pour le cas où il aurait été vivant. Voir Blanc Louis*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article30393, notice DUHAMEL Mathias, Toussaint , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, A 11602 et B 1206.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément