FRÉBAULT Alexis

Par Michaël Boudard

Né le 17 juin 1802 à Nevers (Nièvre), mort le 5 mai 1884 à Paris (IXe arrondissement) ; avocat à Nevers puis banquier ; conseiller général de la Nièvre et maire de Nevers (1852-1854).

Fils d’un professeur, Alexis Frébault fit des études de droit à Paris : il fut surveillant à la pension Boismont avec Louis Michel, futur Michel de Bourges, le Berrichon Louis Adolphe Brisson et le Neversois Frédéric Girerd.
En août 1824, l’avocat Alexis Frébault se maria à Nevers avec Louise Antoinette Mérijot, fille d’un notable, Guillaume Victor Mérijot, négociant et juge au tribunal de commerce. Parmi les signataires de l’acte d’état civil, on peut relever le nom de son ami F. Girerd.
Le 2 octobre 1830, Alexis Frébault est nommé membre du Conseil municipal de Nevers. En 1837, alors qu’une élection partielle est organisée pour le Conseil général (canton de Nevers), il se présenta et fut élu (mandat confirmé lors des renouvellements de novembre 1839 et de 1845).
En octobre 1844, il fit, au cimetière de Nevers, l’éloge funèbre de Claude Tillier, le pamphlétaire nivernais, un « homme de cœur », une « âme généreuse » dont « le peuple gardera le souvenir d’un défenseur ardent et dévoué de son honneur et de ses droits ».
Mais, Alexis Frébault était un démocrate moins ardent que Tillier. Si l’on se fie à Parent (35775), il était pour Tillier un « ami dévoué » et le « conseil éclairé et modérateur », celui très probablement qui, sur le plan juridique, fournissait à Tillier les moyens d’échapper aux poursuites (voir la brochure de Parent, Notice sur Claude Tillier...).
Une note émanant de la Préfecture présentait ainsi Alexis Frébault juste avant la Révolution de 1848 : « C’est un homme naturellement doux et modéré, qui s’est jeté par entraînement en 1830 dans les opinions de la gauche avancée. Comme tous les avocats du ressort de la cour de Bourges, il avait pris pour modèle M. Michel de Bourges. Depuis quelques années, l’opposition de M. Frébault s’est refroidie, il s’est rapproché des hommes et des opinions du parti conservateur ».
Au début de la Deuxième République, Alexis Frébault ne s’impliqua pas politiquement mais, en juillet 1848, fut nommé par le gouvernement directeur du Comptoir national d’escompte de la ville de Nevers nouvellement créé.
Rallié à Louis-Napoléon Bonaparte, Alexis Frébault fut nommé maire de Nevers par décret du Prince-Président le 24 juillet 1852 puis élu conseiller municipal le 22 août 1852. Il démissionna de sa fonction de maire en mai 1854 mais fut réélu conseiller municipal le 4 août 1855 et le 19 août 1860.
Alexis Frébault fut également élu conseiller général de Fours en août 1852 : mais, lors du renouvellement de juin 1855, il fut battu par M. Millot, 707 voix, contre 512.
En 1861, Alexis Frébault avait été nommé président du jury d’admission de la Nièvre en vue de l’Exposition universelle de 1862 à Londres. Ce fut l’un de ses derniers engagements puisque, en octobre 1864, il quitta Nevers pour s’établir à Paris, où il mourut vingt ans plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article31199, notice FRÉBAULT Alexis par Michaël Boudard, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 6 juin 2021.

Par Michaël Boudard

SOURCES : Arch. mun. Paris : état civil du IXee arrondissement. — Arch. mun. Nevers : 1 G 61.5 : déclarations de changement de domicile. —
Médiathèque Jean-Jaurès de Nevers : Fonds Duminy, 3 N 2245/23. —
Arch. Dép. Nièvre : état civil de Nevers ; M 377 : élections aux Conseil général et d’arrondissement (1842-1852) ; M 632 (élections municipales de Nevers). — Annuaires de la Nièvre ; presse : le Journal de la Nièvre. — Site de la BnF Gallica : presse numérisée, Journal des Débats et Le Constitutionnel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément