GAUDIN Fédora, Pierre, Antoine

Né le 14 juin 1816 à Marennes (Charente-Inférieure), mort à Saint-Georges (Charente) le 30 avril 1873. Journaliste démocrate sous la monarchie de Juillet, représentant démocrate-socialiste de la Charente-Inférieure à la Constituante de 1848.

Gaudin fonda L’Union démocratique de Saintes en 1844. Il y dépensa des trésors de verve et de malice politique deux fois par semaine, soutenu jusqu’en 1848 par plus de six cents abonnés, chiffre qui ne laissait pas que d’être considérable à l’époque pour une feuille d’opposition radicale. Organisateur du banquet de Saintes, le 12 décembre 1847, il y porta un toast au « courage civil », dont on comprit qu’il visait la pusillanimité de l’orléaniste Dufaure.
Commissaire-adjoint du Gouvernement provisoire dans la Charente-Inférieure en février 1848, il fut élu à la Constituante, le 23 avril, avec 78 538 voix, sur 111 907 votants et 136 016 inscrits. Il passait en seconde position, devant son ennemi Dufaure.
Gaudin, qui continuait de diriger L’Union, vota constamment avec l’extrême gauche ; ainsi se prononça-t-il pour le bannissement de la famille d’Orléans, contre les poursuites à l’égard de Louis Blanc et de Caussidière, contre l’état de siège, pour l’amendement Grévy supprimant la présidence de la République, pour la mise en accusation du président et de ses ministres.
Le 2 novembre 1848, il avait signé la motion de son collègue Brard, de la Charente-Inférieure également, qui, sous certaines réserves, appuyait l’amendement de Félix Pyat tendant à faire inscrire dans la Constitution les garanties conjointes du droit de propriété et du droit au travail.
Adversaire déclaré de la politique de l’Élysée, Gaudin ne fut pas réélu à la Législative en 1849, et fut vainement candidat en 1869 dans la 3e circonscription du département, puis, le 8 février 1871 dans le département de la Charente-Inférieure. Voir Coutanceau Jean, René*, Dargenteuil Arnaud*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article31477, notice GAUDIN Fédora, Pierre, Antoine , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 28 août 2017.

SOURCES : Biographie des 900 députés..., 1848. — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément