DESCLÈVES Ernest [DESCLÈVES Louis, Ernest, Auguste]

Par Yves Le Maner

Né le 1er octobre 1888 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), mort le 10 octobre 1950 à Saint-Martin-les-Boulogne (Pas-de-Calais) ; employé de chemin de fer ; militant syndicaliste et socialiste de Boulogne-sur-Mer ; maire d’Outreau, conseiller d’arrondissement puis conseiller général.

Né dans une famille ouvrière de onze enfants, mécanicien de route au dépôt de la Compagnie des chemins de fer du Nord à Boulogne-sur-Mer, Ernest Desclèves fut l’un des plus actifs militants socialistes de la région côtière du Pas-de-Calais pendant l’entre-deux-guerres. Secrétaire de la section du Parti socialiste SFIO d’Outreau, commune jouxtant Boulogne, qu’il avait fondée en 1917, membre de la commission exécutive fédérale du Pas-de-Calais, Desclèves jouissait d’une très grande popularité dans les familles de cheminots qui constituaient, avec celles des métallurgistes de l’Aciérie Paris-Outreau, l’essentiel de la population de la commune. Élu conseiller municipal lors de la consultation de 1919, il parvint à maintenir la totalité des adhérents de sa section dans la « vieille maison » lors de la scission ; il entra alors à la CE de la Fédération socialiste du Pas-de-Calais. Choisi comme maire d’Outreau lors des élections de mai 1925, il entra au conseil d’arrondissement en 1928, puis fut élu conseiller général du canton de Samer en 1931 ; il devait détenir sa charge municipale et son mandat cantonal jusqu’en 1940. Ses candidatures aux législatives furent loin de rencontrer le même succès : il échoua en effet consécutivement aux élections de 1928, 1932 et 1936 dans la 3e circonscription de Boulogne-sur-Mer, handicapé par le caractère essentiellement rural de cette circonscription, solidement tenue par la droite ultra-conservatrice.
Ernest Desclèves fut également un syndicaliste de grande valeur. Il fut, avant 1914, l’un des premiers organisateurs du syndicat CGT du réseau de la Compagnie du Nord alors qu’il appartenait au groupe d’Amiens-Longueau. Après son affectation à Boulogne pendant la guerre de 1914-1918, il seconda son ami Alfred Carpentier à la direction du puissant syndicat des cheminots du dépôt de Boulogne. Nommé secrétaire adjoint du groupement en 1920, il conserva cette fonction après la scission de 1925, et ce jusqu’en 1935, date de la réunification ; il se chargea en outre de la trésorerie du syndicat. Membre du comité de l’Union locale confédérée de Boulogne et ses environs, Ernest Desclèves siégea également pendant de longues années à la commission administrative de l’Union des syndicats de cheminots CGT du Réseau Nord. Rallié au Chartisme au début de l’Occupation, il dut interrompre toute activité militante à la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3165, notice DESCLÈVES Ernest [DESCLÈVES Louis, Ernest, Auguste] par Yves Le Maner, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 26 janvier 2012.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Nat. F7/13084. — Arch. Dép. Pas-de-Calais M 177 (avec photographie), M 179, M 182, M 5221 et M 5304. — Le Réveil du Nord, 10 avril 1936. — L’Éclaireur, 14 mai 1933. — État civil de Boulogne-sur-Mer. — Renseignements fournis par H. Henneguelle.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément