GOUJON Jean [Tours]

Néà Blois (Loir-et-Cher) le 11 prairial an VII (1er juin 1800) ; ouvrier pour entrepreneur ; membre important, peut-être fondateur, de la « Marianne » à Tours.

Ouvrier de Tours (Indre-et-Loire). Condamné en 1854 à deux ans de prison, 1 000 francs d’amende, deux ans de surveillance et dix ans d’interdiction de séjour pour affiliation à la Marianne et affiliation antérieure à une autre société secrète. On avait découvert chez lui des brochures, dont Les Trois Maréchaux et Les Quatre Sergents de la Rochelle. (I. Tchernoff, Le Parti républicain au coup d’État et sous le Second Empire.) Voir Copin.
Jean Goujon était né à Blois (Loir-et-Cher) le 11 prairial an VII (1er juin 1800) et, si en 1853-1854 il travaillait toujours de ses mains, c’était comme dirigeant d’un entrepôt ou d’une fabrique de bière. Il était dans la catégorie des employeurs et non plus seulement dans celle des ouvriers. On lui reprocha assez d’avoir politiquement dévoyé ses ouvriers. « Très exagéré dans ses idées », selon la police de Blois, républicain socialiste, il aurait été un des fondateurs de la Marianne à Tours. Il en aurait, selon ses dires, rapporté de Nantes le projet (à moins qu’il n’y ait confusion volontaire de sa part avec la Société Fraternelle Universelle, défunte ou en sommeil en 1854, et dans le but d’égarer la police). Il voyageait pour les besoins de son commerce, faisait des adeptes et recevait chez lui les nouveaux affiliés. Il participa également à l’essai de canons rudimentaires dans les caves vinicoles de Véretz (Indre-et-Loire) et une perquisition fit découvrir chez lui diverses munitions. Arrêté à la fin de janvier 1854, il aurait d’abord bénéficié d’un non-lieu, avant d’être condamné aux peines rapportées ci-dessus. Voir Bodin Louis*, Buron François*, Martel François, Mauberger Ernest*, Milon Etienne*, Moulinet Jacques*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article31869, notice GOUJON Jean [Tours], version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 26 novembre 2022.

SOURCE : Arch. Dép. Indre-et-Loire, série 1 U, Procès de la Marianne de mars 1854.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément