DESPREZ Édouard

Né en 1919 à Lourches (Nord) ; ouvrier aux ateliers de Lens (Pas-de-Calais) ; résistant ; secrétaire du secteur fédéral de Douai et membre du conseil national de la Fédération CGT des cheminots.

Édouard Desprez passa son enfance dans un petit village agricole au sein d’une famille chrétienne et conservatrice. Lors du décès de sa grand-mère, qui l’élevait, il rejoignit ses parents à Fouquières-lès-Lens où il découvrit les mineurs et le pays minier. Adolescent, il milita à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et à la CFTC. Il fut un temps séduit par les thèses nationalistes du colonel de La Roque et des Croix de feu. En 1923, il entra au centre d’apprentissage de Lens de la Compagnie des chemins de fer du Nord.
Mobilisé en 1939, interné puis évadé, il rejoignit les ateliers de Lens dès l’été 1940. D’abord résistant inorganisé, il entra dans les FTPF et participa à la direction clandestine de la CGT. Avec d’autres cheminots, il participa à des grèves et des sabotages.
Après la Libération, il devint secrétaire du syndicat des cheminots de Lens, puis du secteur fédéral de Douai, ainsi que membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT du Pas-de-Calais et du conseil national de la Fédération des cheminots. En même temps, il milita au PCF aux côtés de Camphin, Lecœur et Parent, le dernier maire d’Avignon, où il résidait désormais. Jouant un rôle important lors des grèves de 1947, il fut révoqué de la SNCF. Ayant pu faire valoir son engagement dans la Résistance, il retrouva un poste à Dunkerque quelques mois après son licenciement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3195, notice DESPREZ Édouard, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 15 février 2012.

ŒUVRE : Un cheminot raconte sa jeunesse, ses engagements 1919-1949, Lille-Hellemmes, ReMéMot, 1997, 210 p.

SOURCE : Les Cahiers de l’Institut.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément