DESSERTENNE Henri

Par Roger Martin

Cheminot révoqué en 1920 ; syndicaliste et militant communiste des Vosges.

Militant communiste et syndicaliste. Cheminot à Épinal (Vosges), secrétaire adjoint du syndicat des cheminots d’Épinal à la veille de la grève de mai 1920, Henri Dessertenne fut révoqué par la Compagnie des chemins de fer de l’Est au lendemain de cette grève. Il devint malgré tout secrétaire du syndicat des employés des chemins de fer d’Épinal, qu’il s’efforça de réorganiser, car ce syndicat avait perdu la majorité de ses adhérents à la fin de la grève. Collaborateur de l’hebdomadaire de l’UD-CGT, Le Réveil ouvrier, il fut élu secrétaire adjoint de l’UD-CGT (le secrétaire étant Seux) par le XIVe congrès des syndicats ouvriers des Vosges, réuni à Remiremont les 23-24 mai 1920. En novembre 1920, il démissionna de son poste de permanent de l’UD-CGT pour devenir trésorier en remplacement de Baetz, chargé de réorganiser les syndicats de Saint-Dié. Il adhéra à la IIIe Internationale aussitôt après le congrès de Tours, et fut nommé membre de la commission de l’hebdomadaire L’Étincelle par le premier congrès fédéral communiste des Vosges, le 23 janvier 1921. Sa tentative pour triompher de son adversaire réformiste Baetz devant le comité général de l’UD, le 20 février 1921, tourna à sa confusion, et il dut abandonner toute responsabilité au sein de l’UD-CGT. Il n’assista pas même au XVe congrès de l’Union des syndicats ouvriers des Vosges, réuni à Gérardmer en mai 1921.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3201, notice DESSERTENNE Henri par Roger Martin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 30 juin 2008.

Par Roger Martin

SOURCES : Arch. Dép. Vosges, 8 M 93. — L’Étincelle, 1921. — Le Réveil ouvrier, 1920-1921.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément