GUILLOT Louis (dit Guillot père)

Né le 5 décembre 1807, mort le 27 septembre 1867 à Brion (Deux-Sèvres) ; maréchal-ferrant à Brion ; affilié à la Marianne.

Fils de Louis Guillot, tailleur d’habits, et de Jeanne Ragot, Louis Guillot (fils) se maria avec Louise Pichot, de deux ans son aînée, et eut avec elle quatre fils nés entre 1830 et 1836. Il était maréchal ferrant au bourg de Brion.

Louis Guillot fit partie de la bande armée qui se souleva à Brion, le 22 juillet 1856 (voir Dagot Urbain). Il fut arrêté et inculpé. Le 13 septembre 1856, le tribunal correctionnel de Bressuire le condamna lourdement à trois ans de prison et à cinq ans de privation de ses droits civils.

À cette époque, un rapport du commissaire de police de Thouars le signalait comme étant, avec René Lambert, l’individu le plus dangereux du canton de Thouars. Au cours de sa détention, Louis Guillot sollicita, à deux reprises, une remise de peine, par des lettres au préfet des Deux-Sèvres (7 février et 19 septembre 1859). Dans ces requêtes, il reconnaissait « avoir suivi l’impulsion de malheureux qui cherchaient à renverser l’ordre social ».

En août 1859, dans un rapport au ministre de l’Intérieur, le préfet écrivait : « Le nommé Guillot père était un des plus ardents et des plus actifs affiliés à la Marianne dans le canton de Thouars ; il a pris une part importante aux troubles de ce canton en 1856. Ces antécédents m’auraient porté à proposer sa transportation, mais il est déjà frappé dans la personne de son fils (René Guillot), depuis un an au pénitencier de Lambessa, et dont la demande d’autorisation de rester en Algérie comme colon a été repoussée. Cet acte de juste sévérité me paraît suffire pour prévenir le danger qu’aurait pu avoir le retour de Guillot père dans sa famille. J’ajouterai qu’il a 52 ans et qu’à deux reprises, il m’a envoyé de Fontevrault sa soumission écrite... »

En conséquence Louis Guillot fut remis en liberté à l’expiration de sa peine et revint à Brion où il décéda au village d’Étambé.

Voir Arnault Philippe-Augustpour la liste des « Marianneux » des Deux-Sèvres, et pour le groupe de Brion : Billon Louis*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article32221, notice GUILLOT Louis (dit Guillot père) , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 15 février 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/417, P. 1411 et Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4 M 6/14, 4 M 15/4, Registre des jugements du tribunal de Bressuire, année 1856 ; état civil et recensements. — Notes d’Alain Dalançon

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément