GUILLOTTE

Ouvrier mécanicien à Lyon, compromis en 1824 dans une affaire d’exportation vers l’Angleterre de métiers à travailler la soie. Il s’était également chargé d’embaucher un certain nombre de travailleurs, et plusieurs furent arrêtés à Calais, bien qu’ils fussent porteurs de passeports en règle. Il semble que cette affaire, d’abord présentée comme une initiative privée aboutissant à transférer de la main-d’œuvre à l’étranger sous le prétexte d’y vendre des métiers, était en réalité une affaire officiellement autorisée par le directeur du Commerce et des Manufactures, et que les poursuites engagées contre les ouvriers, coupables aux yeux de dénonciateurs lyonnais, durent être réorientées. On admit que le délit ne pouvait être tenu pour établi que si le mécanisme à la Jacquard utilisé en France pouvait être considéré comme un secret pour les étrangers. La chambre de Commerce de Lyon proposa une nouvelle rédaction de certains articles du code pénal pour réprimer avec plus d’efficacité la divulgation des secrets industriels. Voir Bresson*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article32228, notice GUILLOTTE , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément