HOCDÉ Léon

Fondateur de l’Union Essénienne.

Ancien magistrat. Le 21 juillet 1849, il fonda l’« Union essénienne » dont il prit la présidence. Elle entendait être une « association universelle solidaire et fraternelle de producteurs et de consommateurs ». Son but était « la conciliation des intérêts des producteurs et des consommateurs et la réalisation pratique de la fraternité et de la solidarité républicaine ». La société prétendait réaliser son programme par l’organisation du crédit gratuit, la substitution de son action gratuite à celle des intermédiaires usuraires, l’abolition du parasitisme, du trafic et de la concurrence universelle, le ralliement, dans une pensée commune et dans un intérêt identique, des individus, des familles et des associations, des industries, des sciences et des arts. Un certain nombre de cercles esséniens furent formés dans la chaussure, l’habillement, l’alimentation. L’« Union » semble avoir vécu quelques mois. À la fin de l’année 1849, elle publia l’Almanach des associations pour 1850 qui fut rédigé par Hocdé, Georges Duchêne*, Faudot*, Lachambeaudie*, Théodore Leroux*, Magot*, Proudhon*, Pauline Roland*, Théodore Six* et Vasbenter*.
Les statuts des « Travailleurs unis » et de l’« Union des Travailleurs » de Lyon s’inspirèrent de ceux de l’« Union essénienne ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article32506, notice HOCDÉ Léon, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Jean Gaumont, Histoire générale de la Coopération en France, t. I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément