DIEUDONNÉ Eugène, Célestin

Par Étienne Kagan

Né le 10 février 1865 à Granges-sur-Vologne (Vosges), mort le 19 juillet 1922 à Passavant-la-Rochère (Haute-Saône) ; cheminot puis gérant d’un café puis mineur ; syndicaliste des Vosges puis de Meurthe-et-Moselle.

Eugène Dieudonné habitait Épinal (Vosges) et était chef de train à la compagnie de l’Est à l’époque de la grève des cheminots de septembre 1910. C’est à ce titre qu’il présida la conférence publique organisée le 18 juillet 1910 par le groupe spinalien du syndicat des travailleurs des Chemins de fer. Il assista au 6e congrès régional des syndiqués du réseau de l’Est à Épinal le dimanche 18 septembre 1910 et y plaida la cause du salaire minimum à cinq francs.
Révoqué comme « instigateur et meneur » - on dit aussi qu’il quitta volontairement la Compagnie - il devint gérant d’un petit café, 16, rue des Minimes, qu’il tenait avec sa femme et où il accueillait surtout ses camarades syndicalistes ou anarchistes. Il appelait d’ailleurs son café Maison du Peuple ou Maison des Syndicats. C’était à l’époque un gros homme brun, à la moustache châtain, à la démarche lourde. Lorsque Cousin créa la permanence des syndicats, il l’installa au café de Dieudonné. La police considérait Dieudonné comme dangereux et l’avait inscrit au Carnet B.
Il quitta son département d’origine en 1912 pour se rendre à Homécourt (Meurthe-et-Moselle). Il semble avoir travaillé un temps aux acieries de la marine à Jœuf (Meurthe-et-Moselle). Après l’armistice de novembre 1918, il joua un grand rôle dans la reconstitution des syndicats de mineurs de fer de la vallée de l’Orne en compagnie de A. Allot.
De janvier 1920 à mai 1922, il habita Longeville-lès-Metz (Moselle), adhéra au Parti communiste et milita au syndicat des mineurs de la Moselle en tant que permanent ; lors des meetings qu’il tint alors, il développait le thème des conseils ouvriers, par exemple à Montois-la-Montagne le 1er mai 1921. Il se retira ensuite à Passavant-la-Rochère (Haute-Saône) où il mourut le 19 juillet 1922.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article3261, notice DIEUDONNÉ Eugène, Célestin par Étienne Kagan, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 28 mars 2017.

Par Étienne Kagan

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 622, rapport du 3 octobre 1911. — Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, 175 R 31 ; Arch. Dép. Moselle, 24 Z 20 et 24 Z 21. — Arch. Dép. Vosges, 8 M 90. — Le Réveil Ouvrier (1919). — Volkstribüne, 27 juillet 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément