ISSARTEL Victor

Né en 1829. Tailleur de pierre à Chomérac (Ardèche) en décembre 1851. D’après la Commission militaire, dans sa séance du 26 décembre 1851, il « s’est rendu coupable de participation à l’insurrection armée du 4 décembre qui avait pour but le meurtre et le pillage ». Elle le condamna à la transportation à Cayenne. La Commission mixte disait de lui quelques jours plus tard : « Démagogue exalté ; a pillé le courrier ; très exalté », et lui infligea « Algérie plus » (résidence dans un fort ou dans un camp). Il fut gracié en 1852. Il « se conduit bien » en 1858. Voir Fialon Jean-Louis*, Ranc François père*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article32650, notice ISSARTEL Victor, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 février 2020.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément