JUIN Jean, Augustin, dit JUIN D’ALLAS, dit MICHELOT J.-A. J. D

Par Jacques Grandjonc

Né en 1797 à Allas (Charente Maritime) ; prêtre, aventurier et mouchard.

Jean Juin fut élevé au petit séminaire de Saint-Jean d’Angély et reçut les ordres. L’abbé Juin publia de 1825 à 1835 divers ouvrages à caractère religieux, avant de quitter l’état ecclésiastique et la France pour des raisons qui semblent lui avoir valu, avant 1845, une condamnation infâmante. À cette date en effet paraît à Paris, sous le pseudonyme de J.-A. J. D. [Jean Augustin Juin d’Allas !] Michelot, Les Absurdités sociales, ou les Aventures de Jean-Augustin, dans lesquelles il raconte sous forme romanesque ses "tribulations de la dette" et son mariage (?) avec une certaine Andrésine. Il est assurément à cette date à Londres, membre puis président de la Société Démocratique Française (voir Berrier-Fontaine*) et informateur de la préfecture de police de Paris sur les activités des démocrates français et étrangers en Grande-Bretagne. Rentré en France après la révolution de février, il fonde en mars 1848 le Club de la Jeune-Montagne ou Club de la Sorbonne et en avril un journal, La Souveraineté du Peuple, qui ne dépasse pas 5 numéros. Il disparaît peu après de la vie politique car on découvrit qu’il n’était « rien moins qu’un forçat contumace » et on « renvoya au bagne le citoyen Juin d’Allas. » Il est parfois confondu dans la littérature avec Jules Michelet ! (ainsi in A. R. Schoyen, The Chartist challenge).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article32911, notice JUIN Jean, Augustin, dit JUIN D'ALLAS, dit MICHELOT J.-A. J. D par Jacques Grandjonc , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 28 mai 2016.

Par Jacques Grandjonc

ŒUVRES : Outre les ouvrages évoqués, conservés à la Bibl. Nat., Michelot a publié à Londres un roman en 2 volumes, La Canadienne, Paris [sic], 1847.

SOURCES : The Northern Star, Londres, 1847. — Goldsmiths’ Library, Londres (sous Allas) : Juin d’Allas (dit Michelot), arrêt de la Cour d’assises de la Seine, qui le condamne à cinq ans de travaux forcés, 2 p., in-fol., Paris [1848]. — Études historiques, littéraires et scientifiques sur l’arrondissement de Jonzac (Charente Inférieure), Jonzac, 1864, p. 5. - A. Lucas, Les Clubs et les clubistes..., Paris, Dentu, 1851, p. 175. — Marc Caussidière, La Révolution de février. Mémoires de Caussidère, ex-préfet de police et représentant du peuple, Bruxelles, Société Typographique Belge, 1849, p. 126 . — J. Grandjonc, « Les émigrés allemands sous la monarchie de Juillet. Documents de surveillance policière 1833-février 1848 », in Cahiers d’Études Germaniques, Aix-en-Provence, 1972.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément