JUIN Jean, Augustin, dit JUIN D’ALLAS, dit MICHELOT J.-A. J. D

Par Jacques Grandjonc

Né en 1797 à Allas (Charente Maritime) ; prêtre, aventurier et mouchard.

Jean Juin fut élevé au petit séminaire de Saint-Jean d’Angély et reçut les ordres. L’abbé Juin publia de 1825 à 1835 divers ouvrages à caractère religieux, avant de quitter l’état ecclésiastique et la France pour des raisons qui semblent lui avoir valu, avant 1845, une condamnation infâmante. À cette date en effet paraît à Paris, sous le pseudonyme de J.-A. J. D. [Jean Augustin Juin d’Allas !] Michelot, Les Absurdités sociales, ou les Aventures de Jean-Augustin, dans lesquelles il raconte sous forme romanesque ses "tribulations de la dette" et son mariage (?) avec une certaine Andrésine. Il est assurément à cette date à Londres, membre puis président de la Société Démocr, atique Française (voir Berrier-Fontaine*) et informateur de la préfecture de police de Paris sur les activités des démocrates français et étrangers en Grande à -Bretagne. De 1845 à 1848 Jean Michelot fut un des six secrétaires de l’organisation des Fraternal Democrats, dirigée par George Julian Harney. Les Fraternal Democrats étaient une société internationale active dans les milieux chartistes et dans ceux de l’émigration. Rentré en France après la révolution de février, il fonde en mars 1848 le Club de la Jeune-Montagne ou Club de la Sorbonne et en avril un journal, La Souveraineté du Peuple, qui ne dépasse pas 5 numéros. Il disparaît peu après de la vie politique car on découvrit qu’il n’était « rien moins qu’un forçat contumace » et on « renvoya au bagne le citoyen Juin d’Allas. » Il est parfois confondu dans la littérature avec Jules Michelet ! (ainsi in A. R. Schoyen, The Chartist challenge).
Il est également vraisemblable que le Jean Michelot enterré à Londres le 11 juillet 1858 soit le même homme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article32911, notice JUIN Jean, Augustin, dit JUIN D'ALLAS, dit MICHELOT J.-A. J. D par Jacques Grandjonc , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 4 janvier 2021.

Par Jacques Grandjonc

ŒUVRES : Outre les ouvrages évoqués, conservés à la Bibl. Nat., Michelot a publié à Londres un roman en 2 volumes, La Canadienne, Paris [sic], 1847.

SOURCES : The Northern Star, Londres, 1847. — Goldsmiths’ Library, Londres (sous Allas) : Juin d’Allas (dit Michelot), arrêt de la Cour d’assises de la Seine, qui le condamne à cinq ans de travaux forcés, 2 p., in-fol., Paris [1848]. — Études historiques, littéraires et scientifiques sur l’arrondissement de Jonzac (Charente Inférieure), Jonzac, 1864, p. 5. - A. Lucas, Les Clubs et les clubistes..., Paris, Dentu, 1851, p. 175. — Marc Caussidière, La Révolution de février. Mémoires de Caussidère, ex-préfet de police et représentant du peuple, Bruxelles, Société Typographique Belge, 1849, p. 126 . — J. Grandjonc, « Les émigrés allemands sous la monarchie de Juillet. Documents de surveillance policière 1833-février 1848 », in Cahiers d’Études Germaniques, Aix-en-Provence, 1972. — Fabrice Bensimon, « Continental exiles, Chartists and socialists in London (1834–1848) », in History of European Ideas, 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément